Traitement de la carbonatation du béton

Rénovation et protection du béton

Tout le monde s’accorde aujourd’hui pour admettre que les constructions en béton subissent des dommages dans le temps, d’où la nécessité de les entretenir et de les protéger. Nous allons nous attarder sur les causes de détérioration du béton par attaque des aciers d’armatures par réaction de carbonatation ou de concentration excessive de chlorure.

Les aciers ne corrodent plus dans le béton alors même qu’en général ils sont déjà rouillés avant le coulage du béton. Le béton forme une barrière enveloppante et de plus, a un pouvoir de passivation. Cette passivation est due à un pH entre 12,5 et 13,5 de la pâte du béton qui provoque la formation d’un film oxydé sur la surface de l’acier, donc pas de corrosion même dans un milieu humide. Les armatures resteront passives dans que le pH reste supérieur à 12,5 et que la couverture de béton reste intacte. Pour comprendre la carbonatation, il faut savoir que l’anhydride de carbone est en suspension dans l’air et ceci, dans des proportions beaucoup plus élevées dans les villes et les milieux industriels. La carbonatation se produit lorsque l’humidité dans l’air se situe entre 50 et 75%. Le dioxyde de carbone réagit avec l’eau. L’eau qui pénètre dans le béton et le dioxyde de carbone réagit avec l’alcanité du béton, ceci forme des carbonates et le pH descend en dessous de 11 – 11,5. Notons que la vitesse de carbonatation dépend de l’humidité relative et de la perméabilité du béton. La vitesse sera ralentie par l’épaisseur du manteau de béton. En pratique les dégâts constatés sont de éclatements du béton avec de la rouille apparente.

Passons maintenant à la réparation d’un béton carbonaté ou éclaté par excès de chlorure de provenance extérieure.

Préparation du fond

Dans un premier temps, il y aura lieu d’éliminer toutes les parties endommagées du béton de manière à obtenir un fond de structure sain. Le béton carbonaté devra être enlevé autour de l’armature corrodée de façon à pouvoir enrober les barres. Les extrémités des parties corrodées seront dégagées 50 mm plus loin que les parties visibles. Les écailles présentes sur les barres d’armatures seront éliminées par sablage, grenaillage ou encore à l’aide d’un pic à rouille.

(N.B. En cas de contamination par des chlorures, toute la rouille devra être éliminée de façon à mettre le métal à nu) :

carbo1

 

Enrobage des barres d’une couche de mortier de réparation mono composant à prise rapide amélioré aux polymères de minimum 10 mm d’épaisseur :

carbo4

Suite à l’application de la barbotine d’accrochage, application du mortier par couches successives de 5 à 50 mm maximum en le comprimant fortement à l’aide d’une truelle, il est important de bien damer le mortier autour des barres de l’armature afin d’éviter des inclusions d’air :

carbo6

 

Application d’une masse à spatuler à 2 composants liés au ciment, améliorée par des résines synthétiques :

carbo13